(Par Béatrice Bernard-Poulin) Geneviève Everell ajoute une corde à son arc en nous
invitant dans sa « Bulle », au Château St-Ambroise de Montréal.
Après les soirées Sushi à la maison, les livres, l’émission
de télévision, la mayonnaise épicée, la base à tartares, le titre d’ambassadrice
IGA et de la fondation Portez la Lumière de Lise Watier (y a-t-il quelque chose
qu’elle ne fait pas?!), Geneviève Everell et ses « Miss Sushi » nous
invitent maintenant à apprendre à faire des sushis avec elles!
J’ai testé le cours d’une durée de 3 h. Celui-ci était donné
par Geneviève Everell elle-même, mais les cours seront souvent donnés par les
membres de son équipe.
La première chose que l’on apprécie, c’est que le groupe est
tout petit : 12 personnes ou moins. On peut donc poser tout plein de
questions, et se faire de nouveaux amis! La Bulle n’a pas encore un permis
d’alcool, mais ça ne devrait tarder, et les participants pourront donc profiter
d’un petit verre de vino en apprenant à rouler des sushis.
Le cours commence par une petite présentation des différents
types de sushis, et prend plutôt la forme d’une démonstration. C’est plus
théorique, jusqu’à ce qu’on ait à former un premier nigiri. J’avais déjà roulé
des sushis, je pensais que ce serait facile… erreur! Si Geneviève a créé une
petite boule de riz parfait d’une seule main en environ 3 secondes, je me suis
retrouvée avec du riz jusque dans les cheveux, et j’ai dû travailler fort pour
que la forme ressemble à celle qui nous avait été présentée…
Il faut dire que Geneviève et ses Miss utilisent toujours un
cuiseur à riz, ce qui donne un riz beaucoup plus collant que mes tentatives
maison au chaudron. Selon elle, c’est un essentiel pour tous ceux qui désirent
faire plus de sushis à la maison – même les options moins chères font l’affaire!
Pour que l’on voit bien les techniques, Geneviève a installé
une caméra qui projetait tout ce qu’elle faisait sur un grand écran derrière
elle. Pratique!
Pendant le cours, j’ai donc préparé un nigiri, un gunkan,
une galette sushi, puis j’ai roulé des sushis dans une feuille de nori et une
feuille de soya, avant de faire un sushi dessert. Ah, et aie-je dis qu’on mange
toutes nos créations? Et j’en ai eu en masse pour le lunch du lendemain (le
doggy bag est fourni).
J’ai aussi pu goûter à l’incroyable Cornicochon, qui nous a
été servi tout préparé après qu’on ait eu une explication complète au sujet du
choix de chaque ingrédient.
Le plus difficile a définitivement été de rouler le sushi
dans une feuille de soya. Mon premier essai s’est soldé par une avalanche de
canard et oranges partout sur mon espace de travail. La professeure (haha!) a
cependant été très encourageante, m’a donné une nouvelle feuille, que j’ai pu
retapisser de riz, puis remplir de mes ingrédients tombés au premier essai.
Si je peux me permettre une petite critique, j’aurais aimé
essayer de couper le poisson ou la viande moi-même, ou aider à l’assaisonnement
des tartares. Les participants préparent les légumes/fruits, et reçoivent le
poisson ou viande prêts à l’emploi afin de rouler le sushi ou faire une autre
bouchée de bonheur (c’est comme ça qu’on les appelle!).
J’ai surtout apprécié le cours pour les petits trucs tous
simples qui me permettront de faire de meilleurs sushis à la maison, mais que
je n’aurais jamais su si je n’avais pas observé une pro en action et que je
n’avais pas eu la chance de poser des questions. Dans le fond, une fois qu’on a
les bonnes techniques et qu’on sait quels ingrédients utiliser, c’est assez
simple faire des sushis, finalement!
À tester en couple, entre amis, ou en famille (à la
discrétion des parents : il faut utiliser des couteaux assez coupants!)
Cours : 75$+ taxes

À propos de l’auteure : Béatrice est la propriétaire de Eille la cheap! blogue + boutique, et la conceptrice d’un site web d’information sur l’Australie, AustralieQC.ca. Dans son blogue, elle prouve qu’on n’a pas besoin de dépenser une fortune pour vivre la vie de nos rêves!